REVUE DE PRESSE

Article Le Monde - le 24 avril 2019

Le Monde avec AFP Publié le 24 avril 2019 à 15h51
Notre-Dame : le gouvernement veut déroger à certaines règles pour accélérer les travaux

S’agissant des dons, qui ont atteint plus de 850 millions d’euros en trois jours, la Cour des comptes a, pour sa part, annoncé mercredi qu’elle contrôlerait les fonds collectés.
------

Article Franceinfo Culture - 24 avril 2019

Article de Franceinfo Culture avec agences - Rédaction Culture - France Télévisions - publié le 24/04/2019 | 15:21
Notre-Dame : les conservateurs-restaurateurs s'estiment exclus des débats
La Fédération des professionnels de la conservation-restauration dénonce leur exclusion du débat sur Notre-Dame. Ces professionnels possèdent des compétences uniques pour déceler les dommages postérieurs à l'incendie qui a frappé la cathédrale.
-------

Article 20 minutes - 24 avril 2019

Marie Leroux, avec AFP - Publié le 24/04/19 à 15h55
Incendie de Notre-Dame: La nouvelle loi pour la reconstruction de la cathédrale fait débat
L’animateur Stéphane Bern et les conservateurs du patrimoine sont inquiets
-----

Interview ce matin sur France info de la vice-présidente de la FFCR, Amélie Méthivier, à propos de Notre-Dame

à réécouter : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/grille-des-emissions (9h51)
à consulter : la retranscription
-----

Site MoncherWatson - Labo des pros - Conservation-Restauration : préserver les biens culturels

https://www.moncherwatson.fr/single-post/2019/03/04/Conservation-Restauration-preserver-biens-culturels
04/03/2019 par Aurélie R.

"Nous parlons de « conservation-restauration » car, la majorité du temps, nous mettons en œuvre des actions de conservation curative : nous stabilisons les œuvres, nous arrêtons une dégradation ou limitons la progression des altérations, ceci au terme d’une réflexion de compréhension de ces phénomènes. Nous pouvons également mettre en œuvre des mesures de conservation préventive en agissant sur l’environnement de l’œuvre pour la préserver. La « restauration » est l’étape ultime, qui redonne de la lisibilité à l’œuvre (par exemple par la retouche). Cette dernière action est facultative et toujours réversible. L’appellation « restaurateur » ne reflète donc qu’une petite partie de notre activité."
-----

Journal des arts - 1er avril 2016 - Le ras-le-bol des conservateurs-restaurateurs

C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Les 1 500 conservateurs-restaurateurs, dont le titre n'est pas protégé, ne veulent pas figurer sur la liste des métiers d'art publiée récemment par l'État. Et alors que la technicité de leur travail ne cesse d'augmenter, leurs revenus ont fortement baissé en raison d'une mise en concurrence accrue qui favorise les moins-disants.
Par Francine Guillou

Lien

Site AJP - 19 mars 2016 - Etre conservateur-restaurateur : un diplôme, une compétence, une ethique

En France, la profession de restaurateur du patrimoine est en grande souffrance. Au bord du gouffre. De plus en plus nombreux sont ceux qui abandonnent le métier, les commandes publiques se raréfient, les revenus sont en chute libre. 40 ans après la création des formations supérieures, très exigeantes, voulues par l'Etat, les professionnels de la conservation-restauration n'ont toujours pas de titre protégé, ni de fonctions permanentes dans les institutions publiques sauf de rares exceptions, les marchés publics ignorent la spécificité de leurs prestations, les dimensions scientifique et intellectuelle du métier continuent à être méconnues.

Lien